05 Août 2021

Message de la registrateure et chef de la direction : Nous reconnaissons la montée de l’antisémitisme; le rôle de l’Ordre en tant que régulateur

En ma qualité de registrateure et chef de la direction de l’Ordre des travailleurs sociaux et des techniciens en travail social (l’Ordre), je tiens ici à faire le point sur une communication récente que l’Ordre a reçue en lien avec les questions de la diversité, de l’équité et de l’inclusion et le rôle de l’Ordre, son mandat et ses communications.

Comme l’Ordre l’a mentionné antérieurement, les attentes de la société changent et évoluent, et l’heure, depuis longtemps attendue, est maintenant venue des discussions et des bouleversements qui remettent en question, à juste titre, les systèmes d’oppression. En tant que régulateur, l’Ordre se doit d’examiner sans cesse, attentivement et avec un regard critique comment et quand interpréter son mandat de protection du public.

L’Ordre condamne sans équivoque toutes les formes d’oppression systémique, et reconnaît qu’il y a une montée très préoccupante de l’antisémitisme, qui porte préjudice aux membres de l’Ordre, aux collectivités qu’ils desservent et, plus généralement, à la population de l’Ontario. Comme le rapporte un article de Toronto.com, Toronto.com news article (en anglais seulement), le rapport statistique de la police de Toronto sur les crimes de haine – Annual Hate Crimes Statistical Report (en anglais seulement) – constate que les crimes de haine de nature antisémite ont augmenté en 2020 de plus de 40 % par rapport à l’année précédente, tandis que la communauté juive de Toronto représente à peine 4 % de la population de la ville.

Lettre au sujet de l’antisémitisme  

 Le 4 août 2021, l’Ordre a reçu une lettre dans laquelle les signataires expriment des préoccupations au sujet de la montée récente de l’antisémitisme, indiquant ce qu’ils croient être le défaut par l’Ordre de n’avoir pas émis de déclaration à cet égard. La lettre – signée par 130 personnes, dont la majorité sont des membres de l’Ordre – évoque les communications antérieures de l’Ordre sur le racisme à l’égard des personnes noires, autochtones et musulmanes et d’autres formes d’oppression systémique, les auteurs se demandant pourquoi l’antisémitisme n’a pas aussi été reconnu. Ceux-ci déplorent, par ailleurs, qu’il n’y ait pas de représentation juive au sein du nouveau Groupe de travail sur la diversité, l’équité et l’inclusion.

Les signataires se demandent si l’Ordre est prêt à reconnaître et à condamner la récente montée de l’antisémitisme et si l’antisémitisme serait discuté par le Groupe de travail.

Le rôle de l’Ordre en tant qu’organisme de réglementation

 En tant qu’organisme chargé de réglementer les professions du travail social et des techniques de travail social en Ontario, l’Ordre a la responsabilité d’engager des discussions ardues et d’examiner la place des enjeux de la diversité, de l’équité et de l’inclusion dans le contexte de la réglementation.

Il est parfois difficile de bien faire les choses. Nous reconnaissons et regrettons notre silence face à la récente montée de l’antisémitisme et en ce qui concerne les problèmes soulevés. Nous sommes prêts à apprendre et à désapprendre, car aujourd’hui nous abordons la protection du public d’une manière plus large que par le passé, veillant en même temps à exécuter notre important mandat de protection du public en encourageant chez nos membres une pratique éthique et professionnelle et en réglementant leurs activités.

Dans des bulletins antérieurs, nous avons condamné des actes de racisme récents, particuliers et très publics, nous avons reconnu comment ces tragédies ont reçu l’attention des médias et ont touché nos membres et leur pratique. Ce n’était pas notre intention de minimiser l’impact et le grave préjudice que l’antisémitisme continue d’avoir au Canada et ailleurs, ni de minimiser le niveau d’antisémitisme. Quoi qu’il en soit, nous nous devons de jeter un regard critique sur nos idées reçues et nos décisions; nous réfléchirons à ce sujet et examinerons si et quand il convient d’émettre des communications à nos membres. Nous avons communiqué la lettre à notre Groupe de travail DEI, désirant faire tout notre possible pour que l’antisémitisme soit pris en considération dans notre travail comme les autres formes de racisme et d’oppression systémiques et structurelles.

Il y a encore beaucoup de travail à faire pour mener à bien la gestion des questions ardues que sont la diversité, l’équité et l’inclusion. L’Ordre est fermement résolu à travailler avec ses membres et les autres parties prenantes pour faciliter et soutenir un changement positif.

Nous remercions sincèrement les membres et les autres personnes d’avoir exprimé leurs préoccupations. Nous ferons ce qui doit être fait dans notre travail sur les questions de la diversité, de l’équité et de l’inclusion et nous continuerons de fournir des ressources qui seront utiles aux travailleurs sociaux et aux techniciens en travail social dans leurs activités auprès des clients et des collectivités de l’Ontario.

Lise Betteridge, MTS, TSI

Registrateure et chef de la direction