Selon la Loi de 1998 sur le travail social et les techniques de travail social, une personne membre de l’Ordre est « frappée d’incapacité » si elle est atteinte d’une affection physique ou mentale ou de troubles physiques ou mentaux tels, selon le cas, qu’elle est inapte à s’acquitter de ses responsabilités professionnelles ou que son certificat d’inscription devrait être assorti de conditions ou de restrictions.

Une ou un membre de l’Ordre qui est atteint d’une affection physique ou mentale ou de troubles physiques ou mentaux n’est pas nécessairement « frappé d’incapacité » si son état est géré de manière satisfaisante, comme dans le cas d’une personne ayant une déficience visuelle qui travaille dans un milieu adapté ou d’une personne ayant des troubles de l’humeur qui prend les mesures appropriées pour y remédier.

Les membres frappés d’incapacité peuvent l’être pour les raisons suivantes :

  • Maladie ou déficience physique
  • Maladie mentale ou troubles de l’humeur
  • Abus d’alcool ou de drogues
  • Autre défaillance cognitive, sensorielle, physique ou dégénérative

Signes avertisseurs

En général, les personnes qui ont des problèmes de dépendance à l’alcool ou de toxicomanie et celles dont la maladie mentale ou les troubles de l’humeur ne sont pas bien gérés verront leur vie privée se détériorer avant que leur situation ne se ressente vraiment sur leur vie professionnelle. Bien souvent, ces personnes sont assez longtemps capables de fonctionner normalement au travail avant que les choses ne se détériorent à ce niveau, surtout lorsque leur problème est lié à l’alcool ou à des drogues. Ainsi, une personne peut être frappée d’une incapacité avancée avant que celle-ci ne soit remarquée au travail. Voici quelques signes avertisseurs courants selon lesquels une personne peut être frappée d’incapacité :

Changements au niveau physique

  • Apparence différente, moins soignée ou plus fatiguée, perte de poids
  • Apparition fréquente de sueurs ou de tremblements
  • Élocution plus lente ou plus rapide, moins claire

Changements au niveau du comportement

  • Sautes d’humeur
  • Trous de mémoire
  • Colère, anxiété, irritabilité, dépression ou méfiance marquées
  • Retrait des activités sociales, éloignement des amis et collègues
  • Interruptions fréquentes du travail
  • Quand le sujet est abordé, refus d’admettre un problème

Changements au niveau du travail

  • Nombre accru d’erreurs lors de tâches courantes ou simples
  • Hausse des plaintes de clients ou de collègues
  • Manque d’attention ou de concentration
  • Fréquentes absences