Réponses éthiques et compétentes au racisme envers les Autochtones – Partie 1 de 7

Réflexions sur les déclarations de reconnaissance du territoire

Cet automne, la directrice de la pratique professionnelle de l’Ordre, Christina Van Sickle, TSI, a rencontré Cheryl McPherson, TSI, pour discuter de l’intersection entre le travail social et les techniques de travail social et les visions du monde qu’ont les Autochtones.

McPherson est Haudenosaunee, une femme fière de son héritage. Actuellement, elle enseigne au Programme d’études Travailleur en santé mentale et toxicomanie du Collège Centennial. Elle exerce dans le travail social depuis 2005, œuvrant principalement auprès de clients autochtones, en particulier des femmes victimes de la traite des êtres humains.

La conversation de l’Ordre avec Cheryl McPherson se déroule sous forme de récit parlé qui s’inspire de riches traditions en histoires orales des Premières Nations, des Métis et des Inuits au Canada. « Les traditions orales et les récits sont importants pour moi, explique-t-elle. Je crois que le fait d’avoir recours à cette méthode de communication contribue à décoloniser les ressources sur la pratique de l’Ordre. »

Dans le cadre de son Plan stratégique 2020-2023, l’Ordre s’est engagé à établir des partenariats avec les communautés autochtones afin d’entreprendre la mise en œuvre des appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation du Canada dans le contexte réglementaire. Ce faisant, nous reconnaissons que la réconciliation se veut un processus individuel et collectif continu.

La conversation a été divisée en sept segments. L’entretien complet peut être visionnée ici.

Lire la reconnaissance des territoires traditionnels de l’Ordre ici.